This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
Cart empty

Déclaration de Monsieur de Soubize

The unique manifesto, major and extremely rare, of the defender of the Protestantism Benjamin de Rohan, the duke of Soubise

ROHAN (Benjamin de)
Déclaration de Monsieur de Soubize. Contenant les raisons pour lesqnelles (sic) il a esté contrainct de reprendre les armes.
S. l. n. n., 1622
Plaquette in-8° (183 x 135 mm), 8 pp. (✴4), br., couverture de papier gris de l’époque, titre manuscrit à l’encre brune sur le plat supérieur

Il s’agirait ici de la seule et unique déclaration effectuée par le duc de Soubise afin de justifier son action. En 1621, lorsque recommencent les guerres de Religion, Soubise prend le commandement des huguenots des provinces du Poitou, de la Bretagne, et d’Anjou, sous la direction de l’assemblée de La Rochelle. Le roi Louis XIII se décide alors à marcher en personne contre celui-ci retranché avec son armée dans Saint-Jean-d’Angély. Après un mois de résistance, Soubise se rend ; défilant devant le Roi, à la tête de sa garnison, il s’approche de lui, met les deux genoux à terre, et lui fait serment d’une inviolable fidélité ; le Roi accepte. Mais fin 1621, Soubise reprend les armes, c’est la rupture de cette promesse qui l’oblige par le présent écrit, dit-il, à mettre « la main à la plume, pour donner à un chacun une claire & manifeste congnoissance, non de la justice seule, mais de la necessité mesme qui [l]’ont ensemble porté a cette résolution ». Il déclare alors les multiples raisons qui l’ont obligé à partir une nouvelle fois à l’attaque. Il s’emparera alors d’Olonne, de l’île de Ré, d’Oléron, menacera Nantes, en se flattant qu’on ne parviendrait pas à le forcer dans des positions aussi formidables. En avril, le Roi marchera de nouveau contre lui, et malgré l’audace dont Soubise fera preuve, l’occupation des îles de Ré et d’Oléron se terminera à son désavantage par un massacre.  Le Roi le déchoira alors de ses biens lors d’un procès en trahison. Néanmoins, Soubise sera réintégré dans ses biens, honneurs et pensions, par l’édit de pacification, donné à Montpellier, le 18 octobre 1622. Il aurait réitéré la chose par la publication d’un second manifeste en 1625 attaquant alors le Blavet, manifeste qui se révélerait être en fait de La Milletière, intendant de l’amirauté des églises réformées 1.

Benjamin de Rohan (1583- Londres, 1642), duc de Frontenay, baron de Soubise, dit le « duc de Soubise », chef de guerre huguenot, frère du duc Henri II de Rohan, est le dernier chef militaire de la résistance calviniste. Il est connu pour avoir user de ruse et d’audace, voire du parjure selon ses ennemis. Malgré tous leurs efforts, ni lui ni son frère ne pourront empêcher le mouvement inexorable qui de la mort d’Henri IV à la révocation de l’édit de Nantes conduira de nouveau les protestants français à l’exil. Après leur défaite, et la fin du siège de la Rochelle, plus aucun grand seigneur ne saura s’opposer sur ce point à la politique du Roi. Si Louis XIII réussit finalement dans son entreprise à retourner son frère, il ne parvint cependant jamais à se rallier Soubise.

PROVENANCE : signature de l’époque non identifiée sur la couverture répétée au titre.

Manque à la BnF. Nous n’avons pu trouver dans les bibliothèques publiques aucun autre exemplaire de ce manifeste mais on en relève 3 copies manuscrites de l’époque 2, toutes sous le même intitulé « Déclaration de M. (ou « Monsieur » ou « ») de Soubize, contenant les raisons pour lesquelles il a esté contrainct de reprendre les armes, le 8 (ou « VIIIe ») novembre 1621 ».

Mouillures, petites déchirures marginales, pliure centrale verticale et horizontale

Sales price: 4500 €
Scroll to top