This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
Your Cart
Cart empty

BURGAUD DES MARETS - Fabeulié jarnacoais

La Fontaine reinterpreted in Saintongeais dialect with an important vocabulary


BURGAUD DES MARETS (Jean-Henri) / LA FONTAINE (Jean de)
Fabeulié jarnacoais qu’at été encoére in cot rafistolé et rabattut a ceul’fin qu’i ne quittisse pas simé l’asprit qu’é d’dan,... s’o y en at
Paris, Cheû lés messieurs Didot (Firmint Didot frères, fils et Cie), s. d. (1858).
In-12° (196 x 121 mm), 72 pp., demi-basane rouge, dos lisse orné à froid, couverture imprimée illustrée conservée (reliure postérieure, fin du XXe siècle).

Troisième édition, en grande partie originale, tirée à très petit nombre (25 ex. selon le Bulletin du bouquiniste, n°245, 1867) dont quelques-uns sur papier de Chine ou de couleur. La Bibliographie de la France l’annonce dans son bulletin du 5 février 1859 et l’attribue par erreur à Vallery-Radot, bibliothécaire du Louvre, dédicataire de l’oeuvre. Revue et augmentée, elle contient 18 pièces dont 12 nouvelles ainsi qu’un vocabulaire (pp. 56 à 70). L’auteur dans l’épître dédicatoire de la 4e édition nous apprend qu’elle s’est écoulée en deux semaines.

Elle est illustrée de deux vignettes in-texte pour « Le Louc et l’ignâ » (répétée sur la 4e de couverture) et « La Cigale et l’feurmit ». Cette dernière est particulière car en fait de cigale, c’est bien un criquet qui est représenté... L’erreur fût corrigée dans la 3e édition qui ajouta par ailleurs deux autres gravures pour « L’Ajace embobelinée dan dés piume de pahon ».

Il y eu 4 éditions de cet ouvrage, tirées à très petit nombre, et donc toutes aussi rares les unes que les autres. La première parut chez les Didot en 1849 sous le titre Fables en patois charentais (Dialecte du canton de Jarnac). Elle se compose de 4 fables et d’un petit glossaire en 21 pages. La seconde, Noveau fabeulier jarnacoès, qu’at été compousé lindi venant à hier peur l’ebaudissement d’ine Saintongeoèse in p’tit feugnon, chez les mêmes en 1852 contient 6 fables en 35 pages. La quatrième et dernière « imprimée sur papier de couleur et ornée de gravures sur bois » chez les mêmes en 1859 (annonce du 20 aout, JGIL, 48e année, 2e série, n°34) s’intitule Recueil de fables et contes en patois saintongeais. Elle présente pour la première fois la traduction française en regard et 3 nouvelles pièces qui en portent le total à 21 en 128 pages. Elle supprime par contre le vocabulaire.
Toutes ces éditions présentent une évolution du texte avec des variantes significatives.

Jean-Henri Burgeaud des Marets, docteur en droit, linguiste, poète et écrivain, premier traducteur de Mickiewicz, précurseur du régionalisme, ami du prince-philologue L.-L. Bonaparte, avait aussi réuni une bibliothèque patoisante de la plus grande importance.

PROVENANCE : Alain-Joël Taveneau (non identifié), La Rochelle, avec son ex-libris imprimé au contreplat supérieur.

Mouillure angulaire marginale, quelques rousseurs.

Bibliographie :

Sales price: 800 €
Scroll to top