This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
Cart empty

ANONYME - Registro de litéré del q.[uondam] Orlando Férréro

Precious document as for the history of the economy and for the European political context of the end of the 16th century

FERRERO, Orlando
Registro de litéré del q.[uondam] Orlando Férréro
Italie, Savone, 1590
In-f° (310 x 230 mm), [168] ff. dont 53 ff. bl., manuscrit en italien, écriture cursive à l’encre brune, plusieurs mains, parchemin souple à couture apparente titré au dos « 1590 Ferrero » (reliure de l’époque)

Recueil de plus de 400 lettres débuté le 22 janvier 1590 et terminé le 24 janvier 1598, destinées à régler la succession et à continuer au profit de ses héritiers les affaires du défunt Orlando Ferrero, noble marchand de Savonne. La noble famille (nobili vecchi) Ferrero voit son nom associé durant plusieurs siècles à l’histoire de Savone. Ils étaient à l’époque des plus fameux marchands, commerçant des grains et du vin et plaçant ensuite leur argent auprès des grandes familles de marchands-banquiers. Il s’agit d’une branche issue des Ferrero de Bielle. Orlando II Ferrero, fils de Bartolomeo Ferrero et frère de Francesco Ferrero, fut marié à Francesca Pavese, fille de Nicolò Pavese, Baron de Gevise et de Casalnuovo, l’une des plus grandes fortunes italiennes de l’époque. Ils eurent une fille Maria Ferrero qui serait la grand-mère maternelle de Gio. Tomaso d’Aste. Orlando Ferrero meurt à Naples en 1590.

Cette correspondance est d’un grand intérêt pour l’histoire de l’épargne, du crédit et des relations entre les marchands, banquiers et marchands-banquiers à la fin du XVIe siècle : foires de « Bisenzone », juros, asientos, etc. mais aussi en ce qu’elle révèle du contexte de l’époque. Elle est à destination des Cenami de Lucques, Herrera & Costa de Rome (banque fondée par Juan Enríquez de Herrera et Ottavio Costa. Elle géra les finances du Pape et du Collège cardinalice), Saluzzi de Gennes, Bernizone & Gavotti de Naples, Hector Piccameglio à Madrid ( fondateur avec deux autres génois Ambrogio Spinola, Juan Jacomo de Grimaldi et un Espagnol Francisco de Malvenda, d’une véritable société de decretados : victime du décret espagnol du 29 novembre 1596), Salussi & Aÿrolo (Airolo) de Gennes, Barbarico de Venise, Fiescho & Giustiniano à Madrid, Masello de Naples, Corrado & Andrea Spinoli de Gennes, Pavese de Gennes, Mateo Enríquez de Herrera (alguacil mayor de Santa y General Inquisición), etc.

Reliure lacunaire, manques au 1er f.

Sold
Scroll to top