This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
My cart
user-icon

MANET - Catalogue des tableaux de M. Édouard Manet exposés Avenue de l’Alma en 1867

MANET - Catalogue des tableaux de M. Édouard Manet exposés Avenue de l’Alma en 1867

"Mr Manet never wanted to protest"

MANET (Édouard)
Catalogue des tableaux de M. Édouard Manet exposés Avenue de l’Alma en 1867
Paris : Imprimerie L. Poupart-Davyl, 1867
In-18° (140 x 90 mm), 16 pp., broché

Rare et importante plaquette, catalogue des oeuvres présentées par Édouard Manet au cours de l'exposition particulière qu'il organisa en parallèle de l'Exposition universelle de 1867. Y sont décrits 50 tableaux (dont le déjeuner sur l'herbe, Olympia, etc.), 3 copies (d'après Titien, Tintoret et Vélazquez) et 3 eaux-fortes, soit la quasi-totalité des oeuvres alors produites par le peintre.
Le catalogue des tableaux est numéroté ; pour chacun, titre et dimensions sont indiqués. Les copies et eaux-fortes sont quant à elles simplement listées au dernier feuillet. On notera par ailleurs que la toile n°9, Les Gitanos, fut par la suite découpée par Manet : il n'est resté que 3 morceaux.

L'ouvrage est préfacé par un court manifeste, "Les Motifs d'une exposition particulière". Celui-ci aurait été rédigé par Manet en collaboration avec le critique Astruc Zacharie, voire, selon certaines sources, avec le concours d'Émile Zola :

"Depuis 1861, M. Manet expose ou tente d'exposer. [...] L'artiste ne dit pas aujourd'hui : Venez voir des oeuvres sans défaut ; mais : Venez voir des oeuvres sincères. C'est l'effet de la sincérité de donner aux oeuvres un caractère qui les fait ressembler à une protestation, alors que le peintre n'a songé qu'à rendre son impression. M. Manet n'a jamais voulu protester. C'est contre lui, qui ne s'y attendait pas, qu'on a protesté au contraire, parce qu'il y a un enseignement traditionnel de formes, de moyens, d'aspects de peinture, et que ceux qui ont été élevés dans de tels principes n'en admettent plus d'autres."

L'exposition d'Olympia au Salon 1865 avait représenté pour Manet un coup très dur : tandis que la critique hurlait au scandale, "les maris conduisaient leurs femmes au Pont de l’Alma. Il fallait que tout le monde s’offrît et offrît aux siens cette rare occasion de se dilater la rate… C’était un concert de poussah en délire" (Antonin Proust). Au printemps 1866, nouvelle déconvenue lorsque le jury de l'Exposition universelle annonce son refus. Manet décide toutefois de montrer 7 de ses toiles dans son atelier de la rue Guyot, initiative qui lui vaut un succès inespéré et l’appui de ses amis (parmi lesquels Baudelaire et Zola). Encouragé, Manet – à l'instar de Courbet qui s'était installé avant lui sur l'avenue de l'Alma – fait construire un pavillon destiné à abriter ses oeuvres, dépensant plus de 15 000 francs. L'exposition pousse certains critiques à réviser leur jugement de l'artiste ; toutefois, elle n'attirera que relativement peu de visiteurs.

2 bibliothèques en France  : BnF (Richelieu et Tolbiac) et Rouen. 2 exemplaires à l'étranger (Getty et Clark Institute, USA).

Quelques salissures à la couverture notamment au plat inférieur, rares et légères rousseurs.

Sold
Satisfied or Money Back

Satisfied or Money Back

Bank checkBank transfercredit card

Modes of payment

Member of the Syndicat de la Librairie Ancienne et ModerneMember of the International League of Antiquarian Bookseller
Scroll to top