This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
Cart empty

PANIGAROLA / CHAPPUYS - Cent sermons, sur la Passion de Nostre Seigneur

The copy of a penitent of king Henri iii

PANIGAROLA (Francesco) / CHAPPUYS (Gabriel, trad.)
Cent sermons, sur la Passion de Nostre Seigneur. Prononcez à Milan par R.P.F.F François Panigarole, Min. Obsteru.
Paris, Gervais Mallot, 1586.
In-4° (250 x 179 mm), [7] ff. (sur 8) + 642 pp. + [13] ff., maroquin brun, triple filet à froid et encadrement d’un triple filet sur les plats avec au centre un crucifiement en médaillon, dos lisse orné d’un semé de larmes avec quatre fleurs de lys disposées deux à deux entourant en tête une tête de mort et en queue la devise « SPES MEA DEUS », filet à froid sur les coupes, filet à froid intérieur, tranches dorées, réglure (reliure de l’époque)

Première édition française rarissime, exemplaire réglé de cette première partie seule parue,  composée de 25 sermons concernant « la capture et ce qu’il advint au jardin ». Elle fût partagée entre Guillaume Cavellat et Gervais Mallot et s’orne, au titre d’une superbe et intéressante composition de Thomas de Leu, datée de l’année de l’édition, qui au sein d’un encadrement mettant en exergue les instruments de la Passion, représente Jésus en prière au jardin de Gethsémani agenouillé les mains jointes faisant face à une nuée d’où jailli un ange porteur d’un calice et d’une croix. Il surplombe deux pénitents, vêtus et capuchés, agenouillés en prière les mains jointes, chapelet à la ceinture et livres ouverts posés à même le sol devant eux, ainsi que d’un hors-texte, du même, représentant l’Arrestation de Jésus dont notre exemplaire est malheureusement incomplet (f. ẽ4). Une autre émission à la même date supprime les 2 estampes de Thomas de Leu remplaçant la première par la marque respective des deux imprimeurs libraires et la seconde par un feuillet blanc.

Cet exemplaire a ceci d’exceptionnel qu’il habille d’une reliure de pénitent une édition offrant une des très rares représentations iconographiques contemporaines de ces derniers ainsi qu’un texte sur la Passion - en accord parfait avec la dévotion de l’époque - d’un auteur très apprécié à la cour d’Henri III - et notamment de Catherine de Médicis - qui dédie son ouvrage à la Société des Pénitents de l’archicongrégation royale de l’Annonciation de Notre-Dame - première société de pénitents fondée par ledit roi - révélant clairement dans sa dédicace le contexte de cette courte période de dévotion exacerbée : « ce tant magnanime Prince, lequel comme vraiment Chrestien, & généreux pospose toutes ses coronnes, voire tous les Royaumes du monde, a celuy de Dieu, qu’il pourchasse,par toutes bonnes oeuvres, & saincteté de vie, quoy qu’aujourd’hui la piété d’y celui soit  malicieusement interprétée, & contrerollée par plusieurs traistres & diaboliques hommes ».

Les reliures de pénitents aux attributs d’Henri III, furent exécutées sur un période très courtes, de 1583 à 1589, elles sont de 3 types : les reliures à grand décor exécutées pour les Confrères de la mort, les fanfares vides et le type le plus simple exposant uniquement au dos le symbole, la devise et les petites armes du roi ainsi que sur les plats une annonciation ou une crucifixion en médaillon. La présente, intermédiaire, remplace au dos les armes par un impressionnant semé de larmes.

Les collections publiques ne présentent que 6 copies de l’ouvrage toutes situées en France, 4 au nom de Cavellat, BnF (court de marges 223 x 152 mm, titre courant et folio en partie rognés, mouill., demi-rel. XIXe), LYON (autre émission (cf. supra), rel. parch. ep.), TOURS - CESR (id., ibid.), VALOGNES (incomplet du titre) et 2 au nom de Mallot, LE MANS (autre émission, rel. parch. ep. 252 mm), TOURS (réglé, rel. XIXe (252 x 175 mm) mar. aux armes de Pavé de Vandeuvre).

Fleurs de lys grattées au dos lors de la Révolution, habiles restaurations aux pointes des mors, à celles des coins et à la coiffe supérieure, mouillure angulaire au bas de la reliure, petite mouillure en marge haute plus ou moins présente tout au long de l’ouvrage, manque le feuillet ẽ4 (découpé) ; Les funérailles à la Renaissance : XIIe colloque international de la Société française d’étude du seizième siècle, Bar-le Duc, 2-5 décembre 1999 - 241-244 ; Jean-Marc Dechaud, Bibliographie critique des ouvrages et traductions de Gabriel Chappuys, Droz, 2014 - 320-322

Sold
Scroll to top