This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
cart icon
user-icon
command-icon

RAABE - Der Hungerpastor

A spoils of war of the 2nd Armored Division in Obersalzberg

RAABE, Wilhelm Karl
Der Hungerpastor
Berlin-Grunevald, Hermann Klemm, s. d. (1929)
In-12° (192 x 134 mm), 480 pp., demi-basane blonde, dos lisse orné, tête jaune (reliure de l’éditeur).

Un note en garde indique : «Livre pris dans la bibliothèque du Feldmarshall Hermann Goering dans sa villa d’Obersalzberg le 7 mai 1945 par le volontaire de 2o classe Tricot jean de la 2e Division Blindée armée Leclerc» Puis : «A mon viel ami jackie Kohler / en gage d’amitié» signé «Tricot». Il passa ensuite au «célèbre» banquier Pierre Despressailles : «A Monsieur Pierre Despressailles. » signé : «J. C. Kohler.»

Der Hungerpastor (Le Pasteur affamé) est l’oeuvre la plus populaire et la plus controversée de Wilhelm Raabe. L’historien Helmut Berding écrit : «Les positions antijuives, qui perdurèrent à l’état latent dans les «tranquilles» années 1850 et 1860 s’exprimèrent dans la littérature contemporaine. Ainsi, en 1850, dans son traité sur Das Judentum in der Musik (Le judaïsme dans la musique), Richard Wagner n’exposa pas seulement ses propres opinions, mais exprima aussi, comme il le souligna lui-même, «la sensation inconsciente qui se manifeste dans le peuple comme la répugnance la plus profonde contre l’essence juive». Des romans aussi populaires et aussi diffusés que le Soli und hlaben de Gustav Freytag, en 1855, ou Der Hungerpastor de Wilhelm Raabe, en 1864, reflètent encore plus clairement que les écrits théoriques de Wagner ce que l’on pensait et ressentait dans de larges parties de la population. Les deux œuvres exprimaient d’une manière exemplaire les préjugés de l’époque contre les juifs. On y décèle, mieux que dans tout autre document, l’image du juif qui s’était formée dans les décennies qui suivirent le milieu du siècle. Ces deux romans à succès contribuèrent aussi, et plus que n’importe quel autre texte, à populariser l’image antisémite du juif. Freytag et Raabe, qui n’étaient ni l’un ni l’autre antisémites, aidèrent [...] l’essor des idées antijuives, et ce, quelles qu’aient pu être leurs intentions en écrivant leurs textes.» Avide de propagande, le nazisme l’érigera par la suite en un chef d’oeuvre de l’antisémitisme.

Sold
Satisfied or Money Back

Satisfied or Money Back

Bank checkBank transfercredit card

Modes of payment

Member of the Syndicat de la Librairie Ancienne et ModerneMember of the International League of Antiquarian Bookseller
Scroll to top