This site uses cookies or other similar technologies only for statistical purposes. Learn more

I understand
My cart
user-icon

[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE] - Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française.

[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE] -  Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française.
[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE] -  Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française.
[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE] -  Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française.
[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE] -  Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française.
[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE] -  Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française.

Rare set of 20 issues of a periodical for printing professionals

[SOCIÉTÉ DE LINOTYPE FRANÇAISE]
Linotype Notes & Printing Machinery Record. Édition française. Années 1911 (n. 4 à 11) et 1913
Paris, Société de Linotype française, 1911 ; 1913
2 vol. in-4° (275 x 224 mm), avec 20 numéros de 16 pp. + 16 pp. chacun - [10] ff. - [2] ff. de table - [4] ff. de table., demi-chagrin brun, dos à cinq faux-nerfs (étiquette du relieur « LORDIER & CAUCHIS / 36, rue des petits champs / Relieurs / Paris » sur le contreplat supérieur du vol. 1). 

Ensemble de 20 numéros, reliés en 2 volumes, des Linotype Notes et du Printing Machinery Record, revues mensuelles de l’imprimerie, en édition française. 

La première publication est consacrée à la Linotype, machine permettant, au moyen d’un clavier alphanumérique, la fonte d’une ligne de caractères de plomb. De son invention aux États-Unis en 1885 jusque dans les années 1960, la Linotype domina le marché de l’édition et, en accélérant le processus d’impression, permit le développement de la presse quotidienne. La seconde publication, jumelée aux Linotype Notes mais paginée séparément, évoque plus généralement le matériel et les techniques d’imprimerie. 

Toutes deux sont composées comme il se doit sur machine Linotype (les spécificités des caractères utilisés sont indiquées en pied de chaque page) et richement illustrées : reproductions photographiques, schémas, publicités pour les produits distribués par la société « Linotype and Machinery Limited ». Les numéros des Linotype Notes et du Printing Machinery Record comportent chacun 16 pp., avec, pour 10 numéros de Linotype Notes, un feuillet supplémentaire sur lequel figure une reproduction (certaines en couleurs) réalisée avec les machines de la «The Linotype and Machinery Limited ». Chaque ensemble de 2 publications en présenté sous une couverture illustrée et titrée « Linotype Notes & Printing Machinery Record ». 

Comprend :
- année 1911, numéros 4 (mai) à 11 (décembre), soit 8 numéros sur 11 pour chacune des publications. Avec [2] ff. de table.
- année 1913 complète, soit 12 numéros pour chacune des publications (en raison d’un retard à la parution, les numéros 1 et 2 sont réunis en un numéro de 20 pp. + [1] f.  pour Linotype Notes, et un numéro de 16 pp. pour le Printing Machinery Record). Avec [4] ff. de table.

L’édition londonienne des Linotype Notes fut publiée de  1898 à 1908, année au cours de laquelle elle fusionna avec le Printing Machinery Record. Linotype Notes & Printing Machinery Record  parut jusqu’en 1914, puis fut reprise en octobre 1921. Quant à l’édition française, elle parut entre 1911 et 1914, publiée par la Société de Linotype française, branche de la société britannique « The Linotype and Machinery Limited ». Un M. Lacroix en aurait été le rédacteur en chef (Gazette des Beaux Arts, v. 12, p. 343 [1914]). Après une interruption dans la publication, le périodique revint sous le titre de Bulletin périodique de la Société Linotype française en 1922. 

Nous n’avons pu comparer notre périodique à son homologue britannique, que nous n’avons pas été en mesure de consulter. Certains articles pourraient avoir été traduits de l’anglais (« Quelques conseils pour atteindre et maintenir la vitesse sur le clavier de la Linotype », « Quelques conseils aux opérateurs pour la conduite et l’entretien des machines », « Les corrections avec la Linotype », « Les journaux en Chine »,  « Pour obtenir des lignes bien pleines », « Le meilleur papier », « La Linotype aux Indes »...) D’autres, plus spécifiques à la France, semblent témoigner d’un effort de localisation des contenus (« Un hôtel historique », sur l’hôtel de la chancellerie d’Orléans à Paris où était établie la Société Française de Linotype, « La grève de Toulouse »,  « La réorganisation de l’Imprimerie Nationale », « XVIe Congrès des maître-imprimeurs de France »...) 

La BnF (site Tolbiac) possède une collection quasi-complète de l’édition française, allant du v. I n°5 (1911) au v. IV n°5 (1914). Le Musée de l’imprimerie de Lyon détient plusieurs numéros du v. IV (janvier à juin 1914), et l’université de Barcelone possède un exemplaire du v. 3, n°7 (juillet 1913). 
Quant à l’édition britannique, on ne peut en consulter des numéros qu’à la British Library et à Saint-Louis (États-Unis).  
Curieusement, dans la table thématique reliée en fin du volume 1, il n’est fait aucune référence aux numéros 1, 2 et 3, qui ne semblent en outre n’être présents dans aucune collection publique. 

Plats supérieurs passés. . Vol. 1 : frottement sur le dos et les mors, coins rognés. Vol 2 : coins frottés.

500 €
+ shipping included
Satisfied or Money Back

Satisfied or Money Back

Bank checkBank transfercredit card

Modes of payment

Member of the Syndicat de la Librairie Ancienne et ModerneMember of the International League of Antiquarian Bookseller
Scroll to top