Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Votre Panier
Panier Vide

Liber psalmorum Davidis

Une édition latine des psaumes par Robert Estienne reliée en maroquin pour « Lambert le riche »


Liber psalmorum Davidis. Tralatio duplex, vetus nova. Haec posterior, Sanctis Pagnini, partim ab ipso Pagnino recognita, partim ex Francisci Vatabli hebraicarum literarum professoris quondam regii eruditissimis praelectionibus emendata expolita. Adiectae sunt annotationes cum ex aliorum tralatione, tum verò ex commentariis hebraeoru ab ipso Vatablo diligenter excussis : quae com mentarii vice lectoribus esse poterunt.
S.l.[Genève], Robert Estienne, 1556 (1557 au colophon)
In-8°(164 x 112 mm), 558 pp. - [1] f. (a-z8 A-M8),  maroquin rouge, dos à 5 nerfs orné, encadrement d’un triple filet sur les plats avec petits fleurons en écoinçons et armes au centre, roulette sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées (reliure de la fin du XVIIe siècle).

Exemplaire réglé de cette édition peu courante présentant deux versions latines des Psaumes de David : celle de la vulgate et celle « iuxta hebraeos » du savant Sanctus Pagninus (Sante Pagnino, 1470-1536), cette dernière copieusement amendée par François Vatable que Philippe Desportes considérait comme le meilleur commentaire des psaumes. Les versions, disposées en 2 colonnes, sont imprimées en caractères différents (romains et italiques), quelques passages sont en hébreu.

PROVENANCE : Nicolas Lambert 1 (1657-1729), seigneur de Thorigny et de Vermont, dit Lambert le riche, époux de Marie de L’Aubespine, président de la seconde chambre des requêtes du parlement de Paris, puis prévôt des marchands, jouissait d’une fortune considérable qui lui servit à orner L’Hôtel Lambert ainsi qu’à acquérir 14 maisons sur l’île Saint-Louis. N°40 du catalogue de cette remarquable bibliothèque qui comptait quelques 3200 éditions, Bibliotheca Lambertina: seu catalogus librorum bibliothecæ illustrissimi viri D. D. Nicolai Lambert (Paris, Gabriel Martin, 1730).

Papier légèrement et uniformément bruni.

Vendu
Retour en haut