Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
cart icon
user-icon
command-icon

RONSIN - Théâtre

Une démarche unique dans les annales du théâtre

RONSIN (Charles-Philippe)
Théâtre de M. Ronsin, imprimé au profit de sa belle-mère.
Paris, Cailleau, 1786
In-12° (183 x 135 mm), [2] ff. - 231 - [3] pp., maroquin rouge, dos lisse orné, encadrement d’un triple filet sur les plats, filet sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées (reliure de l’époque)

Rare édition originale de cette première publication de l’auteur composée de 4 tragédies, Sédecias, Isabelle de Valois, Hécube et Polixène et Le Fils cru ingrat. Elles ne furent apparemment pas représentées.

Sur le fait curieux que l’ouvrage soit imprimé au profit de la belle-mère de l’auteur, L’historien Henri d’Alméras dit qu’il croit « le fait absolument unique dans les annales du théâtre » 1.

Une note contre Ronsin, de la main de Boudin des Ârdennes 2 indique : « Rabaut Saint-Étienne prit le plus vif intérêt à cet ouvrage, et ce fut lui et Pieyre l’ainé qui en recommandèrent l’avis aux journaux et notamment à celui de Nîmes. Les protestants de cette ville souscrivirent en assez bon nombre, et le produit de cette souscription fut versé dans les mains de Pieyre, lui même protestant. [...] Les protestants depuis quelques années ont pris des anglais l’usage de faire des souscriptions en faveur de ceux qu’ils veulent favoriser. Ce moyen réussit toujours lorsque leurs chefs de meutes le recommandent, et il est d’autant plus agréable pour eux, qu’il les dispense de porter des atteintes trop réitérées à la boîte de Perrette »

Charles-Philippe Ronsin, (1751 - guillotiné le 24 mars 1794), dramaturge et précepteur devenu général de la Révolution française fit représenter plusieurs pièces patriotiques dans les théâtres de la capitale entre 1790 et 1792. En avril 1792, il s’installe dans la section du Théâtre-Français, où il fréquente le club des Cordeliers. Adversaire du modérantisme, il défend devant les Cordeliers l’appel à l’insurrection des Hébertistes, avant de se rétracter. Soupçonner de préparer un complot militaire, visant à remplacer le gouvernement révolutionnaire par une dictature militaire, il est guillotiné avec ces derniers.

PROVENANCE : « De la bibliothèque de Marc Hypolite de Camelin », ex-libris gravé armorié. Vicaire à Saint-Louis de Versailles (1804), curé d’Angerville (1811), puis curé de Saint-Basile d’Etampes (1815).

Quelques marques et un coup sur les plats, quelques rousseurs

500 €
+ livraison gratuite
Satisfait ou Remboursé

Satisfait ou Remboursé

cheque bancairevirement bancairecarte bancairePayPal

Modes de paiement

Membre du Syndicat de la Librairie Ancienne et ModerneMembre de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne
Retour en haut