Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Mon panier
user-icon

COLLECTIF - Recueil de pièces calotines

COLLECTIF - Recueil de pièces calotines
COLLECTIF - Recueil de pièces calotines

Recueil d’une cinquantaine de brevets du régiment de la Calotte

COLLECTIF
Recueil de pièces calotines
s. l. n. d. (deuxième moitié du XVIIIè siècle)
In-8° ( 224 x 177 mm), [1] f. – 170 pp. - [7] ff. dont 2 ff. bl., manuscrits à l’encre brune, reliure moderne en parchemin de récupération

Le régiment de la Calotte est une société carnavalesque  fondée par Etienne Aymon, porte-manteau du Roy Louis XIV, et Philippe Emmanuel de Torsac, exempt des gardes du corps. De 1702 à la dissolution du régiment aux alentours de 1820, les « calotins » s’efforcèrent de critiquer les mœurs et la préciosité du langage en vogue en raillant les personnes publiques par des vers satyriques, les « brevets ». Ceux-ci étaient étaient anonymes ; on connaît néanmoins le nom des « poètes turlupins » qui se réunissaient pour les composer. Ainsi, plusieurs des textes du recueil sont attribués à l’abbé François Gacon, qui au début de la régence rédigea plus de cinquante brevets calottins. 

Ce recueil comprend certains des exemples les plus célèbres de l’impertinence calottine, et l’on comprend à leur lecture pourquoi, afin de se protéger de leurs boutades, le beau monde s’empressait de rejoindre leurs rangs ! Mais il contient également des pièces qui n’apparaissent pas dans le recueil de référence, les Mémoires pour servir à l’histoire de la Calotte (1752). On a ainsi, notamment, un brevet adressé à un médecin nommé « inoculateur de petite vérole », ou celui d’une meurtrière graciée. 

Ces pièces calottines, composées entre 1721 et 1727, sont agrémentées de notes qui éclairent certaines des allusions les plus obscures du texte. 

C’est pourquoi, rendant la justice
Audit Paccini, de bon cœur
Lui donnons en titre d’office,
L’emploi de grand clitoriseur.
Et comme tel, par la présente,
Le commettons expressément
Pour soulager l’ardeur brûlante
Des vestales du régiment. (p.4)

Mouillure angulaire sur le premier plat et le bas du dos

Bibliographie : Guillaume Plantavit de la Pause. Mémoires pour servir à l’histoire de la Calotte, vol. 1-4. Paris : Imprimerie Calotine. 1752

400 €
+ livraison offerte
Satisfait ou Remboursé

Satisfait ou Remboursé

cheque bancairevirement bancairecarte bancaire

Modes de paiement

Membre du Syndicat de la Librairie Ancienne et ModerneMembre de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne
Retour en haut