Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Panier Vide

Contrat passé entre MM. Delavigne, Dufey et Furne

Une rupture consommée entre Casimir Delavigne et MM. Furne et Dufey, ses éditeurs

DELAVIGNE (Casimir) / DUFEY / FURNE
[Contrat passé entre MM. Delavigne, Dufey et Furne concernant la rupture de leurs engagements mutuels au sujet des Messéniennes et chants populaires de M. Delavigne]
Paris, 1840
ln-8° (241 x  175 mm), [1] f., papier vergé, pièce signée in-fine par Delavigne, Dufey et Furne

Par le présent contrat, Casimir Delavigne renonce à la somme de 1000 fr. qu’il devait toucher pour la composition de chaque Méssenienne nouvelle ou chant-populaire à fin de publication dans l’édition illustrée des éditeurs d’après le traité signé entre eux  le 23 avril 1839. De son coté, Delavigne récupérait la pleine possession des droits de ces hypothétiques nouveaux écrits que les 2 éditeurs ne pourraient publier dans leur édition illustrée qu’un mois et demi après leur parution. L’édition parut en 1840 1, l’auteur n’écrivit pas de nouvelles Mésseniennes pas plus que de chants-populaires.

On ne sait pas quelle est la raison de cette rupture. Cependant cela est d’autant plus troublant que Delavigne manquait cruellement d’argent à l’époque. Malade depuis déjà longtemps, il venait de subir deux échecs, coup sur coup, au théâtre avec La Popularité et La Fille du Cid. Le public était las de l’auteur. En effet, c’est à la fin de cette période douloureuse de l’automne 1839, qu’il dut vendre sa chère Madeleine avec tant de regrets. « Je n’ai point de fortune », écrivait-il en 1833. À ses ennuis de santé, se sont ajoutés ceux d’argent et, le 9 août 1839, il est contraint d’abandonner « la Madeleine ». La propriété fut vendue 90 750 francs. Cela le rendit profondément et durablement triste.

Prix de vente : 350 €
Retour en haut