Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Panier Vide

KOCH - Histoire de France

Une histoire de France inédite du protestant Christophe-Guillaume Koch

KOCH (Christophe-Guillaume)
Histoire de France par Mr de Koch, professeur à Strasbourg.
S.l. (Strasbourg), s.d. (après 1786)
2 vol. in-8° (204 x 160 mm), [2] ff. bl. - [164] ff. - [4] ff. bl. + [2] ff. bl. - [197] ff. - [9] ff. bl. soit 720 pp. manuscrites à l’encre brune d’une seule main, basane marbrée, dos lisse orné, encadrement d’un filet à froid sur les plats, roulette à froid sur les coupes, tranches rouges (reliure de l’époque)

Manuscrit de luxe, sur papier de Hollande, soigneusement calligraphié au sein d’un encadrement d’un filet à l’encre brune. Réalisé par un copiste, il s’agit certainement d’un présent de l’auteur à un de ses illustres élèves dont le nom se trouvait sur l’ex-dono présent sur les plats supérieur des volumes et de nos jours effacé. Une histoire de France rédigée par un protestant n’est pas chose courante, il conviendrait d’étudier quel fut le traitement qu’il réserve aux passages sombres de l’Histoire de France les concernant. L’ouvrage se divise en 4 parties : « Le Celtique », « Le Romain », « Le Franc » et « Le Français », soit des temps les plus reculés jusqu’à la fin du règne de Louis XV. La dernière date étant celle de 1773 avec la bulle du pape Clément XIV supprimant la société des Jésuites. Il se termine par l’acquisition de l’île de Corse sous le ministère du Duc de Choiseul.

Christophe-Guillaume Koch (1737-1813), juriste, universitaire et homme politique alsacien, membre de l’Institut, étudie l’histoire et le droit à l’université luthérienne de la ville de 1752 à 1762. Licencié en droit, il séjourne à Paris où il se perfectionne en français, fréquente la Bibliothèque Royale et divers savants puis retourne à Strasbourg en 1763. Élève, disciple et collaborateur pendant les huit années suivantes de l’historien Jean-Daniel Schoepflin, son cousin, il « commença à dispenser des cours privés à une élite illustre et noble venue de partout. L’histoire moderne et contemporaine de l’Europe était sa spécialité » 1. Il forma ainsi de nombreux diplomates tout au long de sa carrière. En 1771 il succède à Schoepflin à la direction de l’École Diplomatique de la ville. En 1772, il est nommé professeur extraordinaire de droit public à l’Université protestante de Strasbourg et en sera recteur de 1787 à 1788. De 1791 à 1792, il est l’un des 10 députés du Bas-Rhin à l’Assemblée législative. A 55 ans, en 1792, il devient professeur titulaire d’histoire politique et de droit public. De 1802 à 1807, membre du Tribunat, il devient le conseiller de Napoléon Bonaparte et de Portalis pour les questions diplomatiques et religieuses, travaillant notamment avec obstination et diplomatie à la préparation de la loi du 8 avril 1802, portant Articles organiques pour les cultes protestants, toujours en vigueur en Alsace et en Moselle.

PROVENANCE : « Évêché de Moulins. », tampon humide aux titres.

On conserve, sous la même forme, à la bibliothèque de l’Arsenal (BnF), un Tableau de l’histoire d’Allemagne 2 et à la BNU de Strasbourg, un Tableau de l’histoire d’Espagne ainsi qu’Une Histoire de Russie, avec sa partie politique 3. Nous n’avons pu localiser d’autres copies du présent manuscrit.

Ors passés aux dos, ex-dono gratté au plat supérieur, pièces de titre et de tomaison absentes, coins frottés

Vendu
Retour en haut