Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Panier Vide

MARESCHAL - Pierre et Marie ou La Grâce de Dieu

Un ode à la bonté des Chambord, l’exemplaire de Valentine du Caïla

MARESCHAL (Jules)
Pierre et Marie ou La Grâce de Dieu. Historiette austro-française
Paris, L. Hachette et Cie, 1871
In-12° (179 x 114 mm), XXII - 119 pp. - [1] p. bl., chagrin rouge, dos 4 faux-nerfs orné, encadrement d’un triple filet avec titre au centre du plat supérieur, filet sur les coupes, roulette intérieure, tranche dorée (reliure de l’époque)

Édition originale rare imprimée sur vélin fort avec un bel envoi à la princesse de Craön : « A Madame la Princesse de Craön / Hommage respectueux & empréssé / A son beau talent littéraire / Et a son noble caractere personnel / Jules Mareschal » ainsi qu’une note manuscrite pp. 50 ou l’auteur indique qu’en austro-allemand Frohsdorf signifie « village du bonheur ».
 
Pierre, orphelin âgé de douze ans ayant quelques notions de musique ainsi qu’un goût prononcé pour ce grand art, se résout à jouer sur les places publiques, accompagné de sa petite sœur Marie. Ils vont de ville en ville, par un secret dessein de Dieu, quittent la France et après avoir parcouru diverses cités de la Bavière, arrivent, toujours aussi pauvres, à Vienne. La fortune ne semblait pas leur sourire davantage dans cette capitale, lorsqu’un jour qu’ils exécutaient, entourés d’un assez nombreux auditoire, un étranger, descendu de voiture pour les écoutait attentivement, leur donna une généreuse offrande et leur demanda de venir chez lui renouveler cette exécution. Cet étranger n’était autre que Mgr le comte de Chambord. Les deux enfants, accueillis avec une bonté ineffable par Mme la comtesse, furent emmenés par leurs illustres protecteurs à Frohsdorf. Aujourd’hui Pierre est devenu un jeune homme charmant en même temps qu’un musicien hors ligne. Quant à Marie, elle est l’enfant chérie de ses bienfaiteurs et en particulier de Mme la comtesse de Chambord, qui a pour elle une véritable tendresse maternelle.

Ugoline Louise Joséphine Valentine de Baschi du Caïla, femme de lettres, princesse de Craon par son mariage avec Edmond de Beauvau-Craön en 1825 est la fille de Zoé Talon, comtesse du Cayla. Cette dernière, qui fut très proche de la duchesse de Berry, légua à sa mort le Château de Saint-Ouen au comte de chambord.

Jules Mareschal (1793 - 1876), avocat et homme de lettres, fut remarqué par ses écrits politiques et les nombreux articles qu’il publiait dans des journaux royalistes. La Rochefoucauld le fit entrer dans l’administration des Beaux-Arts, devenu directeur, il la quittera à la suite des événements de 1830. Il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages.

Dos légèrement passé, petit manque à la coiffe de queue au niveau de l’encoche inférieure

Prix de vente : 180 €
Retour en haut