Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Panier Vide

ANONYME - Chanson des Théâtres et des Bals de Paris

Curieuse chanson en vers, scandaleuse et inédite, qui épingle tour à tour nombre de personnalités du Paris artistique de l’époque

[ANONYME]
Chanson des Théâtres et des Bals de Paris
1840
2 pp. 1/2 in-4° (251 x 154 mm), texte sur deux colonnes, écriture cursive à l’encre brune.

Elle est inscrite sur les gardes blanches à la fin du troisième tome d’un exemplaire du Monde Dramatique (On joint donc les tomes III (1836, 496 pp.) et IV (1837, 416 pp.) du Monde dramatique, EO, 2 vol. in-4°, demi-chagrin rouge de l’époque, mors partiellement fendus, rousseurs.

La chanson commence ainsi, par le refrain:

Venez écoutez mes leçons
Scandaleuses et très-critiques !
Ce sont des récits dramatiques
Contés sous formes de chansons.

Suivent 24 scandaleux couplets de 8 vers chacun concernant, Mme Dussert-Doche, Marie Dorval, Laure Cinti-Damoreau, Léontine (?), Rosine Stolz, Virginie Déjazet et Adolphe Laferrière, Clara Fontaine, Elisa Boisgontier, George Sand, María-Felicia García (la Malibran) et Alfred de Musset, Élise Sergent (la Pomaré), Céleste Vénard (Mogador), Paméla Rigolo, Mlle lousia, Anna Cizos (Anna Chéri), d’Albret, Mlle Maria, Adeline Corniquet (Adeline Chouchou), Irma Valmont, Jenny Colon et Gérard de Nerval, Lola Montés, Joséphine (?).

En voici un :


Ce que veut Mogador,
La Reine de Mabile,
C’est un fouteur habile,
Pour foutre son con d’or ;
Dans sa fauve toison,
Au milieu de sa cuisse,
Un vit de fer qui puisse
Remplir, entier, son con !!!

Antoine Adam dans ses notes sur Les fleurs du mal, (Paris, Classiques Garnier, 1961) raconte que vers 1845, circulait un autre poème du genre, « Les lesbiennes de Paris » où « d’années en années, des strophes nouvelles y ajoutèrent les noms des comédiennes les plus fameuses. » Les cinq dernières strophes réunies ici dans un appendice prouvent qu’il en allait de même.

Nous n’avons pu retrouver ledit poème mais Adam précise qu’on y faisait référence notamment à Mme Stolz déjà présentée ici sous les traits d’une lesbienne (« avec fureur s’adonne au culte de Sappho »), mais aussi à Marie Dorval, Georges Sand, Élise Sergent (déjà présentes ici aussi), Jeanne Duval, Louise Colet ou encore à la princesse Belgiojoso.

Prix de vente : 1200 €
Retour en haut