Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Panier Vide

VILLAIN et CORNU / PRÉVOST / RODDE - Souvenir du régiment, mes excursions

Un précieux témoignage de 4 militaires photographes sur Alger et ses alentours à la toute fin du XIXe siècle

VILLAIN (brigadier) et CORNU / PRÉVOST (Lucien) / RODDE (Armand)
Souvenir du régiment, mes excursions
Alger, 1898-1899
In-8° oblong (225 x 315 mm), [42] ff. - [1] f. bl., tissu noir recouvert d’un papier glacé avec titre à l’encre sur le plat supérieur, dos lisse (reliure de l’époque)

Cet album est le récit des pérégrinations de 4 comparses de la division d’Alger. Bien que l’album soit celui du brigadier Villain, chacun participera à la rédaction des textes. Ils débutent par l’exposé d’une imposante retraite officielle aux flambeaux pour le 14 juillet 1898. Viennent ensuite plusieurs excursions à Sidi-Ben-Nour, Kouba et Birmandreis, Aïn Baïnem et Guyotville, Boufarik, qui se terminent par celle de Duperré le 23 février 1899, sans oublier l’énigmatique exploration d’un puit dans les caves du commandement de l’artillerie, ancienne prison turque, qui ne se révélera pas être l’emplacement toujours introuvable du trésor des Deys d’Alger mais... un ancien égout débouchant sur la mer.

L’ouvrage est illustré de 44 photographies (pas toujours réussies) dont le choix des sujets sera décidé en commun, portraits des auteurs, paysages, monuments, indigènes, etc. ainsi que de dessins et plans d’une très belle qualité à l’encre et à l’aquarelle, deux de Rodde dont un superbe menu pour le déjeuner en forêt d’Aïn Baïnem, un plan du mystérieux puit par Prévost et une carte fort détaillée à l’échelle 1/50000 de l’excursion de Birtouta, Sidi Aïd, Boufarik, par Cornu.

La narration n’est pas dénuée d’intérêt, elle est celle de jeunes hommes intrépides qui s’expriment avec toute la sincérité de leur jeunesse (et de leur époque... on notera quelques propos qui leur vaudraient aujourd’hui à juste titre bien des déboires) et qui de leurs nombreuses rencontres avec les colons et surtout les « mauresques » s’attachent à les fixer sur leurs plaques et à décrire leurs attitudes, leur caractère et leurs coutumes.

Vendu
Retour en haut