Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Votre Panier
Panier Vide

MAILLY - Nouvelles toutes nouvelles

Édition originale rare de ce recueil de nouvelles galantes


MAILLY (Louis de)
Nouvelles toutes nouvelles
Paris, Augustin Hebert, 1708
In-12° (172 x 105 mm) de [8] ff. - 366 pp. (numérotation fort défectueuse, dernière page numérotée 370), basane, dos à 5 nerfs orné, roulettes sur les coupes (reliure de l’époque)

Le recueil se compose de cinq nouvelles : Le prince grec, Le chevalier d’Harville, Le comte de Roseville, Le chevalier de Saint-Hilaire, Les amours de Lucie et de sa mère.

Louis de Mailly (vers 1657 - 1724), filleul de Louis XIV et d’Anne d’Autriche, mieux connu sous le titre de « Chevalier de Mailly », fait partie de la première génération des conteurs littéraires dont il fut l’un des plus prolifiques. Il est ainsi l’auteur d’un recueil de onze contes de fées paru anonymement en 1698, mais s’illustre aussi dans le conte galant, l’histoire, la lettre ou comme ici la nouvelle galante. Toute son œuvre est dominée par la mode de la préciosité et de la galanterie. Il incarne l’auteur masculin dans un monde et dans un genre majoritairement féminin. Malgré son talent, il sera rapidement oublié et de nos jours, rares sont les études sur son œuvre.

PROVENANCE :

  • «De huntolle» (non identifié),  mention manuscrite rayée sur le titre,
  • «Soultray Capitene», mention manuscrite au premier contreplat et sur le titre. Jean-Charles Richard de Soultrait, écuyer, seigneur de Sornay, né à Nevers le 6 février 1684, entra au service et devint capitaine au régiment de Piémont. Retiré à Nevers, il fut échevin de cette ville en 1742 et mourut en 1752. Son frère Pierre Richard de Soultrait (1682 - 1742), laissa un assez grand nombre de poésies dans le Mercure de France et dans les autres recueils littéraires de l’époque. Les actes anciens donnent bien l’orthographe «Soultray» mais on utilisa depuis «Soultrait» et c’est finalement cette orthographe qui prévalut.

Petit manque en coiffe de tête, manques aux coins et coupes, gardes blanches absentes, mouillures marginales angulaires.

Prix de vente : 300 €
Retour en haut