Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Votre Panier
Panier Vide

ANONYME - Registro de litéré del q.[uondam] Orlando Férréro

Un document précieux quant à l’histoire de l’économie et au contexte politique européen de la fin du XVIe siècle


FERRERO, Orlando
Registro de litéré del q.[uondam] Orlando Férréro
Italie, Savone, 1590
In-f° (310 x 230 mm), [168] ff. dont 53 ff. bl., manuscrit en italien, écriture cursive à l’encre brune, plusieurs mains, parchemin souple à couture apparente titré au dos « 1590 Ferrero » (reliure de l’époque)

Recueil de plus de 400 lettres débuté le 22 janvier 1590 et terminé le 24 janvier 1598, destinées à régler la succession et à continuer au profit de ses héritiers les affaires du défunt Orlando Ferrero, noble marchand de Savonne. La noble famille (nobili vecchi) Ferrero voit son nom associé durant plusieurs siècles à l’histoire de Savone. Ils étaient à l’époque des plus fameux marchands, commerçant des grains et du vin et plaçant ensuite leur argent auprès des grandes familles de marchands-banquiers. Il s’agit d’une branche issue des Ferrero de Bielle. Orlando II Ferrero, fils de Bartolomeo Ferrero et frère de Francesco Ferrero, fut marié à Francesca Pavese, fille de Nicolò Pavese, Baron de Gevise et de Casalnuovo, l’une des plus grandes fortunes italiennes de l’époque. Ils eurent une fille Maria Ferrero qui serait la grand-mère maternelle de Gio. Tomaso d’Aste. Orlando Ferrero meurt à Naples en 1590.

Cette correspondance est d’un grand intérêt pour l’histoire de l’épargne, du crédit et des relations entre les marchands, banquiers et marchands-banquiers à la fin du XVIe siècle : foires de « Bisenzone », juros, asientos, etc. mais aussi en ce qu’elle révèle du contexte de l’époque. Elle est à destination des Cenami de Lucques, Herrera & Costa de Rome (banque fondée par Juan Enríquez de Herrera et Ottavio Costa. Elle géra les finances du Pape et du Collège cardinalice), Saluzzi de Gennes, Bernizone & Gavotti de Naples, Hector Piccameglio à Madrid ( fondateur avec deux autres génois Ambrogio Spinola, Juan Jacomo de Grimaldi et un Espagnol Francisco de Malvenda, d’une véritable société de decretados : victime du décret espagnol du 29 novembre 1596), Salussi & Aÿrolo (Airolo) de Gennes, Barbarico de Venise, Fiescho & Giustiniano à Madrid, Masello de Naples, Corrado & Andrea Spinoli de Gennes, Pavese de Gennes, Mateo Enríquez de Herrera (alguacil mayor de Santa y General Inquisición), etc.

Reliure lacunaire, manques au 1er f.

Vendu
Retour en haut