Ce site utilise des cookies ou autres technologies similaires uniquement à des fins statistiques. En savoir plus

J'ai compris
Votre Panier
Panier Vide

GATINE - [Poésies diverses]

Les poésies inédites, éprises de liberté, d’un des grands abolitionnistes


GATINE (Adolphe Ambroise Alexandre)
[Poésies diverses]
S. l. n. d. (vers 1830 - 1860)
In-8° (229 x 152 mm), [1] f. bl. - [1] f. - [109] ff. - [1] f. bl. et [6] ff. volants, manuscrit en français sur papier, maroquin havane vieilli, dos lisse, tête cirée (reliure moderne)

Le nom de l’auteur nous est donné par un papillon inséré dans l’ouvrage : « Souvenir de mon Pêre / Adolphe Gatine / Commissaire général de la République (répété 3 fois) / à la Guadeloupe et dépendances / en 1848. »

Adolphe Gatine (1805-1864), avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, s’engage très tôt pour la cause des esclaves, des libres de couleur et des esclaves affranchis. Cosignataire en 1831 de la pétition demandant le droit pour les esclaves de se pourvoir en cassation, il plaidera dès l’adoption de celui-ci, de 1833 à 1845, dans de nombreuses affaires visant à faire reconnaître leurs droits. En 1848, il est appelé a faire partie de la Commission pour l’abolition de l’esclavage présidée par Victor Schoelcher et aura la charge de préparer les projets de décrets relatifs. Le gouvernement provisoire adopte ses décrets le 27 avril et, choisi pour son dévouement à la cause et afin d’accomplir l’acte de réparation, le nomme commissaire général de la Guadeloupe et de ses dépendances, chargé d’appliquer, sur le terrain, la politique abolitionniste. Il lui faut quatre mois pour mettre en place les structures de l’émancipation. Il publia en 1864, peut être de manière posthume, un poème intitulé « Souvenir d’un abolitionniste » dont « la forme poétique n’empêche pas la précision des allusions. Un véritable souffle épique s’exprime dans cette oeuvre, ultime témoignage peut-être de l’esprit généreux et de la religiosité, inspiratrice d’attachement à la liberté, qui furent ceux de « quarante-huitards »».

« [...] Errant de climats en climats,
Sans cesse je parcours l’univers qui m’éxile ;
Et je n’ai point rendu encore tous mes combats.
On verra quelque jour unis sous mes bannières
Tous les peuples du monde étonnés d’être frères.
Je leur promets cet âge d’or,
Quand ils auront brisés tour à tour leurs entraves,
Quand il ne sera plus de maitres ni d’esclaves,
Mais ce jour est loin encor. [...] »
(Les voyages de la Liberté)


L’horreur du tyran et de l’esclavage, la liberté et l’amour du bien sont ici les maîtres mots des poésies principales de l’auteur : Les voyages de la liberté, Les noces de Lydie et Cléonis, Le sage, L’Italie, Le réveil de la Grèce, Zulmé, L’éloquence, Fragment, La Grèce libre ou encore le chant d’Hamodius et d’Aristogiton. Les autres, dont ses traductions libres, font l’éloge de la beauté féminine, du vin ou de la sagesse.

Reflet des pensées et actions de l'auteur, elles préfigurent son ultime oeuvre et conviendraient d'étre étudiées.

Le recueil se compose ainsi :

  • f. 1 à 7 : Les Voyages de la Liberté., 128 vers
  • f. 8 : Phryné., 16 vers
  • f. 9 à 11 r° : Le Deuil, 48 vers
  • f. 11 v° : Chant Elégiaque., 5 vers
  • ff. 12 à 17 supprimés
  • ff. 18 r° : 6 vers biffés
  • ff. 18 v° à 29 : Les Noces de Lydie et Cléonis., 238 vers
  • ff. 30 à 31 supprimés
  • ff. 32 à 33 r° : Le Sage., 28 vers
  • ff. 33 v° : Envoi., 5 vers
  • ff. 34 à 36 r° : Natalie., 33 vers et 15 autres biffés in fine)
  • ff. 36 v° : Anacréon - ode 4., 8 vers
  • ff. 37 : Anacréon - ode 16., 16 vers
  • ff. 38 : Anacréon - ode 19., 17 vers
  • ff. 39 à 48 : Roger chez Alcine., 206 vers
  • ff. 49 à 61 : L’Italie., 285 vers
  • ff. 62 à 63 : Naïs., 34 vers
  • ff. 64 à 65 : horace . ode 7 . liv. 2 ./ A Licinius, 24 vers
  • ff. 66 à 67 : horace . ode 8 , liv. 2 ./ A Quinctius., 24 vers
  • ff. 68 à 69 : horace . ode 11 . liv 2 . / A Posthume., 28 vers
  • ff. 70 à 71 : horace . ode 4 . liv. 2. / A Septime., 24 vers
  • ff. 72 à 73 : horace . ode 3 . liv 2 . / A Dellius., 28 vers
  • ff. 74 à 80 v° : Le reveil de la Grèce., 125 vers
  • ff. 80 v° à 82 r° : Zulmé. 32 vers et 2 autres biffés
  • ff. 82 v° à 93 : L’éloquence., 244 vers
  • ff. 94 à 95 r° : Les deux couleurs par excellence. [Le blanc - Le Rose], 19 vers
  • ff. 95 v° à 96 : Fragment., 24 vers
  • ff. 97 à 103 : La Grèce libre., 140 vers
  • ff. 104 à 105 r° : Emilie., 30 vers dont 4 biffés
  • ff. 105 v° à 107 r° : Ravissement!, 35 vers
  • ff. 107 v° à 108 : Suite. [d’Emilie], 20 vers
  • ff. 109 : chant d’Hamodius et d’Aristogiton, 16 vers

Rousseurs plus ou moins présente ; GATINE, L’abolition de l’esclavage à la Guadeloupe, présenté et annoté par ADELAIDE Jacques, KARTHALA Editions, 2012

« [...]Ô monde poétique, univers enchanté,
où mes vers poursuivaient les trompeuse chimères,
les spectres de la gloire et de la liberté. [...] »
Fragment

Vendu
Retour en haut